FAQ
Combien de temps va durer mon hospitalisation?

La durée varie en fonction de l’intervention. La durée varie entre une hospitalisation d’une seule journée et une semaine. Le chirurgien et l’équipe d’anesthésie vous préviendra à l’avance de votre date de sortie.

Quand et comment puis-je me laver et y a –t-il un risque à mouiller ma cicatrice ?

Il n’y a aucun danger à mouiller une cicatrice, il faut juste la sécher, après une douche, avec une serviette de toilette. Ce qu’il ne faut pas, c’est la faire « macérer », tremper dans l’eau au cours d’un bain.
Si des soins particuliers de la cicatrice sont recommandés, il vous sera fourni une ordonnance pour des pansements à domicile par une infirmière et une prescription des éléments nécessaires aux pansements.

Que faire si je souffre après l’opération ?

A priori la chirurgie du sein n’est pas une chirurgie douloureuse. Au cours de l’hospitalisation, le traitement anti douleur est prescrit par l’équipe médicale. Après votre retour à domicile,vous pouvez prendre du Paracétamol (Doliprane©) 2 à 3 fois par jour
Si vous n’êtes pas calmée, prenez contact avec le Dr Salmon ou votre médecin traitant pour qu’il vous donne un traitement plus fort.
L’aspirine et ses dérivés sont contre-indiqués en raison du risque de saignement qu’elle peut entraîner.

A quoi sert le traitement par piqure qui m’est prescrit par les anesthésistes à ma sortie ?

Ce traitement a pour but de vous éviter de faire une phlébite. Il vous est prescrit en accord avec les recommandations nationales de la Société d’Anesthésie Réanimation.

Que faire si je souffre après l’opération ?

A priori la chirurgie du sein n’est pas une chirurgie douloureuse. Au cours de l’hospitalisation, le traitement anti douleur est prescrit par l’équipe médicale. Après votre retour à domicile,vous pouvez prendre du Paracétamol (Doliprane©) 2 à 3 fois par jour
Si vous n’êtes pas calmée, prenez contact avec le Dr Salmon ou votre médecin traitant pour qu’il vous donne un traitement plus fort.
L’aspirine et ses dérivés sont contre-indiqués en raison du risque de saignement qu’elle peut entraîner.

Si j’ai eu un prélèvement ganglionnaire dans l’aisselle, est-il vrai qu’il ne faut pas de piqûre, de prise de tension, ni d’effort de ce côté?

En cas de prélèvement du ganglion sentinelle, il n’y a pas de différence entre vos deux bras.
Si vous avez eu un curage ganglionnaire, il est vrai qu’il faut essayer de préserver le bras du côté opéré. En fait il s’agit plus de conseils de « bon sens » que d’interdictions médicales formelles.
Le risque de survenue d'un "gros bras", hantise des patientes traitées historiquement, est devenu extrêmement rare, grâce à la médecine de précision et à la concertation entre les praticiens.
Une fois installé, il faut bien contrôler son poids, faire des drainages lymphatiques et porter en cas de besoin un manchon de contention.
Les interventions qui sont parfois proposées dans cette indication se soldent en règle par des échecs

Faut-il de la rééducation et/ou des drainages lymphatiques du bras du côté opéré?

Il ne faut pas faire de kinésithérapie avant d’avoir revu votre chirurgien en consultation post opératoire.
Il n’y a aucune indication de faire de drainage lymphatique en post opératoire à visée préventive.

Quel est le délai entre l’intervention et la radiothérapie et/ou un traitement médical ?

Il faut environ un mois après l’intervention avant de débuter une radiothérapie et /ou une chimiothérapie. La plaie opératoire doit en effet être complètement cicatrisée avant de débuter un traitement post opératoire. Vous pouvez voyager entre l’opération et le début du traitement post opératoire.

Quelles sont les durées des traitements post opératoires?

La radiothérapie est faite sur une durée d’environ 6 semaines, tous les jours à heure fixe sauf samedi et dimanche, pour « étaler » la dose d’irradiation et obtenir le maximum d’effet radio biologique avec le minimum d’effets secondaires. Dans certains cas cette irradiation peut être réduite dans le nombre de venues au centre d’irradiation et c’est le radiothérapeute qui vous l’expliquera. L’effet principal de l’irradiation est l’équivalent d’un fort coup de soleil sur le sein. Ce « coup de soleil » disparaîtra spontanément en quelques semaines. Cycles
La chimiothérapie se fait par « cycles ». Il faut 6 à 8 cycles, espacés de 3 semaines pour l’’ensemble du traitement.

Qui décide du traitement post opératoire ?

Chaque dossier est discuté avant et après l’intervention dans une Réunion de Concertation Pluri disciplinaire(RCP). La décision est donc prise en commun en fonction de « Référentiels » locaux et nationaux. Ces référentiels sont régulièrement mis à jour, notamment après les grands congrès Français et Internationaux où s’échangent et se transmettent les informations des différentes équipes.

A la fin du traitement je veux aller à la plage/ en thalasso…

C’est une demande courante de pouvoir « se faire plaisir» à la fin d’un traitement.
Pour la thalasso, le médecin qui vous verra au début de la thalasso vous limitera beaucoup les soins auxquels vous pouvez avoir accès.
La mer et le soleil ne sont pas vos amis à la fin du traitement. Tout ce qui peut agir sur la peau irradiée, soleil, sel de mer, désinfectants de piscine doivent être limités au maximum, en raison de l’inconfort qu’ils vont entraîner.
Ces limitations n’ont qu’un caractère temporaire et ne sont plus valables 6 mois à un an après la fin du traitement. Vous pourrez alors reprendre des activités normales.

Comment serai-je suivie à la fin de mon traitement?

L’attitude classique est d’être suivie alternativement par chacun des médecins qui vous a pris en charge.
Les recommandations nationales et internationales de surveillance sont
- Deux examens cliniques par an
- Une mammographie annuelle
- Les examens en fonction des symptômes éventuels que vous présentez
- Les examens en fonction de votre demande spécifique et personnelle. En d’autres termes, les dosages de marqueurs sanguins, les radios et autres scanners, scintigraphie ou PET Scan, ne doivent pas faire partie de bilans systématiques, mais être demandés en fonction d’une stratégie de surveillance ou de traitement particulière et en accord avec vos cancérologues.